chezmonveto
Imprimer En savoir plus

picto Quelques conseils autour de l’arrivée d’un chiot

L’arrivée d’un jeune chiot dans le foyer familial est toujours une fête mais c’est une période délicate propice aux petites erreurs d’hygiène ou d’éducation qui ont parfois de grandes conséquences. Quelques précautions simples permettent de bien s’en sortir !


Vous venez d'acquérir un chiot qui vient de quitter mère, frères et sœurs. Son environnement se trouvant modifié, il lui faut

  • un coin à lui, tranquille où vous disposerez un panier ou tout autre couchage.
  • une gamelle d'eau à sa portée (indispensable).
  • un jouet laissé à sa disposition (cela peut éviter bien des dégâts).

LE SOMMEIL :

 

Un chiot dort beaucoup. Evitez que les enfants ne troublent ce sommeil. Son coin repos ne doit pas être votre chambre ou un endroit de fort passage.

S'il gémit les premières nuits, ne cédez pas à la tentation de le prendre avec vous, il s'habituera très vite. Vous devez ignorer ses manifestations et ne pas chercher à intervenir, ni vous inquiéter, sinon le chiot le sent et se manifeste plus longtemps. Une solution est de mettre un vêtement que vous avez porté (non lavé) avec une bouillotte glissée à l'intérieur, pour lui rappeler votre odeur et la chaleur de sa mère.


LA PROPRETE :

 

Sortez votre compagnon à heures régulières, notamment à son réveil, dès la fin des repas et après les jeux. Félicitez-le à chaque réussite ; par contre vous ne le gronderez que si vous le prenez sur le fait


LES REPAS :

 

En fonction de sa race et de son âge, il fera de 4 repas par jour (jusqu'à 2 mois ½) à 2 repas à partir de ses 6 mois.

Votre vétérinaire sera votre meilleur conseiller pour le type d'alimentation et les quantités à lui distribuer.

Pour une bonne éducation, il ne doit rien obtenir à table et il mangera après son maître. Retirez toujours la nourriture ½ heure après l'avoir distribuée, pour qu'il fasse des repas et non des "grignotages". Il s'habituera très vite à manger rapidement et ne rien laisser !


LA SOCIALISATION :

 

La socialisation, c'est une étape essentielle pendant laquelle le chiot apprend à connaître le monde et construit sa relation normale avec vous, les autres êtres humains et les autres chiens. Elle s'effectue en grande partie entre 7 et 10 semaines. Faites lui découvrir le monde : les hommes, les autres chiens,  les chats, les autres animaux, la rue, la voiture...

 

Transformez les ordres en demandes : lorsqu'il vient chercher des caresses, donnez-lui un ordre ("assis" ou "couché"). S'il obéit, félicitez-le ; sinon, ignorez-le.     

 

Si le chiot mordille, soulevez le par la peau du cou en disant "non" fermement et attendez qu'il se relâche, en le tenant. On agira de même s'il se met à grogner. Il est indispensable de créer un rapport dominant-dominé, indispensable au bon équilibre mental du chien : c'est vous le maître et votre chien sera d'autant plus serein dans la vie qu'il le saura.

 

En promenade, vous devez l'habituer dès les premières sorties avec une laisse de plus en plus courte afin d'éviter qu'il s'éloigne et devienne difficile à gérer en promenade.

Evitez que la laisse soit tendue. Tirez un petit coup sec lorsque le chien tend la laisse. Cela vous permettra d'envisager par la suite des balades tranquilles.


L' HYGIENE :

 

Elle passe par une alimentation équilibrée et par des soins réguliers de la peau :

  •  Brossage précoce et régulier, avec une brosse dure et une étrille à poils métalliques rigides toutes les 1 à 2 semaines pour les chiens à poils longs.
  •  Shampooings adaptés.
  •  Elimination, ou mieux, prévention des puces et des tiques.

Les puces sont source de désagrément et de maladies.

LA SANTE :

 

Maintenir votre chien en bonne santé passe par une bonne hygiène et une bonne alimentation bien-sûr, mais aussi par quelques soins préventifs indispensables :

  • La vermifugation : elle s'impose dès 1 mois d'âge (des vers sont transmis au chiot dans l'utérus et la mamelle). Traitez régulièrement jusqu'à l'âge de 8-10 mois, puis toujours régulièrement mais moins fréquemment, en suivant toujours les indications de votre vétérinaire.
  • La prévention contre les puces : les puces sont très fréquentes. Elles sont source de désagréments, de maladies dermatologiques et transmettent d'autres maladies, comme les vers les plus communs aux chiens adultes. Les méthodes de lutte contre les puces sont multiples (pipettes, lotions, colliers, comprimés...). Parlez-en à votre vétérinaire pour mettre en place celle qui correspond le mieux à vos possibilités, votre animal et son environnement habituel.
  • La vaccination : elle est indispensable pour protéger votre chien contre un certain nombre de maladies graves qui ne sont malheureusement pas éradiquées. Elle nécessite plusieurs injections la première année, puis des rappels annuels.

Voir les autres fiches conseils